Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 00:00

Le 9 Juillet Ségolène Royal accordait une interview des plus intéressantes à BFMTV BUSENESS et démontrait ainsi qu'elle n'est pas seulement une " Femme Debout" dont l'énergie et le courage forcent l'admiration, une femme qui ne cède jamais, mais une économiste de talent, qualité qu'ont refusé jusqu'à présent de lui reconnaître les Français. Mais ils pourraient bien changer d'avis maintenant qu'elle est vice présidente et porte parole de la Banque Publique d' Investissement et que patiemment, avec charisme et pédagogie, elle expose et explique ses propositions en matière d'économie, ce qu'il faut faire pour le redressement de la France et le bien être des Français.

 


PENSER GLOBAL ET APPLIQUER LOCAL...SON CREDO EN 2007 QU'ELLE N'A PAS ABANDONNE ET AUQUEL ELLE TRAVAILLE EN TANT QUE VICE PRESIDENTE DE LA BANQUE D'INVESTISSEMENT.

 

578505_2078412935629_345429939_n.jpg

 

HAUSSE DES TRARIFS D'EDF

 


SEGOLENE ROYAL,PEUT ETRE AVEZ VOUS ENTENDU QUE LE TITRE D' EDF PREND 9% EN BOURSE PARCE QU' IL Y A UNE HAUSSE DES TARIFS DE 5%. COMMENT VOUS REAGISSEZ ?

 

 

SEGFOLENE ROYAL:" D'abord la Bourse ne récompense pas nécessairement les comportements vertueux, puisqu'il y a les mêmes phénomènes quand on annonce des plans de licenciements, comme vous le savez. Ce que je déplore c'est cette augmentation brutale qui n'est pas transparante. EDF est en situation de monopole. C'est une très grande entrreprise, très efficace, avec des ingénieurs de très haut niveau. Mais, elle doit aux consommateurs la transparence sur  la formation des prix. Sinon c'est une taxe, c'est un impôt indirect qui ne dit pas son nom.

 


On ne sait pas quels sont les investissements stratégiques  d'EDF qui justifient cette hausse des prix. On ne connait pas quel type d'investissement sur le parc nucléaire, premièrement et deuxièmement quelle  politique pour les énergies renouvelables.


Donc à partir de cela, il faut exiger deux choses, premièrement exiger la transparence sur la formation des prix pour qu'il y ait un contrôle démocratique sur la formation des prix et sur les tarifs d'EDF et deuxièmement accélérer la mutation énergétique pour que les Français aient accès à une énergie beaucoup moins chère qui est l'énergie solaire, la géothermie, la méthanisation, l'énergie éolienne afin de contrecarrer ce tout nucléaire."

 

Ségolène Royal met le doigt sur le bât qui blesse: l'opacité  des tarifs d'EDF qui cache le coût réel du nucléaire de plus en plus élevé au fur et à mesure que les centrales vieillissent et nécessitent un entretien de plus en plus important et ce d'autant plus que les récents accidents dans le monde obligent à de plus en plus de sécurité, donc de recherche et des installations de plus en plus sophistiquées.

 

Elle met le doigt sur les mensonges politiques d'EDF qui s'évertue à faire croire que les énergies renouvelables sont plus coûteuses pour le consommateurs alors que la réalité c'est que les nécessités imposées par le tout nucléaire font apparaître un gouffre financier.

 

François Mitterrand disait que l'indépendance d'un Etat reposait sur son indépendance énergétique. Les énergies renouvelables nous assurent cette indépendance, ce que ne font ni le pétrole, ni le nucléaire. Voilà la réalité. Donc Ségolène Royal a raison, mille fois raison dans son analyse.


 

BFMTV: VOUS VOUS ETES DEJA EXPRIMEE SUR LE DEPART DE DELPHINE BATHO EN DISANT QU'ELLE AVAIT NOTAMMENT UN PEU FAILLI A LA SOLIDARITE  GOUVERNEMENTALE. MAIS SUR UN POINT ELLE AVAIT FAIT UN COMMENTAIRE INTERESSANT SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE, SUR LES INVESTISSEMENTS DU FUTUR . ELLE A DIT CA NE VA PAS DANS LE BON SENS. QU'EST-CE QUE VOUS, VOUS  ATTENDEZ JUSTEMENT EN TERMES DE PRIORITE POUR CETTE TRANSITION ENERGETIQUE, SEGOLENE ROYAL ?

 

SEGOLENE ROYAL:" Oui, c'est curieux d'ailleurs comme type de déclaration. Je crois que ce qui a été censuré, c'est précisément cela, le manque de respect, une espèce d'arrogance, une certaine limite aussi sur la connaissance des problèmes écologiques puisque précisément on parlait de la Banque Publique d'Investissement tout à l'heure.


 

Voilà  pour la première fois dans l'histoire de France un outil financier qui est quasi exclusivement consacré à l'innovation et dans ce chantier d'innovation la part la plus importante, c'est celle de la mutation écologique et énergétique puisque c'est inscrit même dans les statuts de la Banque et sur les investissements du futur, il y a d'abord tous les équipements de transports collectifs et cela c 'est très important: les investissements en trains, les investissements en tramways pour lutter contre la pollution dans les villes; il y a les investissements dans les pôles de compétitivité; c'est quoi les pôles de compétitivité? Ce sont des industries qui intègrent les technologies du futur, comme par exemple les nouveaux, la chimie verte, l'agro-alimentaire.


 

BFMTV: DONC LA FEUILLE DE ROUTE DU GOUVERNEMENT EN MATIERE DE TRANSITION ENERGETIQUE ELLE EST A LA HAUTEUR DE CE QUE VOUS ATTENDEZ?


 

SEGOLENE ROYAL:" Elle a été trop lente, jusqu'à présent. Je l'ai dit et je le redis et j'espère que le changement de ministre va permettre aussi une accélération de cette transition énergétiques parce que c'est un levier très important de sortie de crise.

 

 

Dans ma Région, nous en faisons d'ailleurs la priorité depuis dix ans, depuis mon élection: l'excellence environnementale qui a d'ailleurs été reprise comme thématique au niveau national et je m'en réjouis, avec l'excellence nationale de l'écologie et on se rend compte que c'est dans cette filière économpique que l'on crée des activités et des emplois parce que toute l'industrie, même celle qui n'est pas stricto sensus sur le créneau de l'écologie a des défis écologiques à relever et des potentiels à conquérir, par exemple des économies d'énergie dans toutes les industries et dans tous les services, les énergies renouvelables, les nouveaux matériaux, le recyclage des déchets qui constitue une nouvelle matière première.

 

Donc, vous voyez, il y a une compétition mondiale et la France doit être à l'avant garde de cette compétition mondiale. Nous en avons les moyens.

 

 

BFMTV: VOYEZ VOUS DES FORCES ECONOMIQUES QUI EMPECHENT PRECISEMENT CETTE TRANSITION ENERGETIQUE ?


 

SEGOLENE ROYAL:" Vous savez, la thématique du complôt qui mettrait en échec la volonté politique, non seulement je n'y crois pas mais si c'était vrai, c'est la responsabilité des politiques de prendre en considération les différents rapports de force. La vie économpique est un rapport de force. Donc il appartient aux responsables politiques de fixer un cap et d'orienter les décisions  et les actions des acteurs économiques vers ce cap d'intérêt général. Si on imposait par exemple à EDF un certain pourcentage de ses résultats dans les investissements vers les nouvelles énergies sans doûte que ce serait bon pour le pays. Même certainement ce serait bon pour EDF. Donc il faut accélérer.

 

 

BFMTV; EST CE QUE JE ME TROMPE MAIS ON VOUS ENTEND BEAUCOUP DEPUIS QUELQUE TEMPS PARLER D'ECONOMIE.EST CE QUE CA VEUT DIRE QUE POUR VOUS LE POUVOIR DE TRANSFORMER NOTRE SOCIETE, DE TRANSFORMER LA FRANCE SE SITUE PLUTOT DANS LE POLE ECONOMIQUE ET PEU-T-ETRE A BERCY ?


 

SEGOLENE ROYAL:"L'économie, c'est partout, vous savez. L'économie c'est quoi: l'économie c'est la création d'activités. L'économie c'est au coeur de toutes les transformations. Ce n'est pas que Bercy. C'est l'ensemble des activités d'un pays et c'est les territoires.


 

Vous savez, par exemple 90% des engagements  de la Banque Publique se feront au niveau des Régions. Nous avons la responsabilité économique, Si vous mettez toutes les régions ensemble, vous avez le pays tout entier et c'est en proximité que les Chefs d'Entreprises aujourd'hui veulent être aidées. Le nerf de la guerre économique c'est le tissu des PME et nous devons réussir ce qu'ont fait les Allemands, c'est faciliter le changement de taille. Et on a un problème en France, c'est que les PME ont du mal à se transformer en ETI, en Entreprises de Taille Intermédiaire. Pourquoi? Donc c'est cela qu'il faut dénouer. Pourquoi? Parce qu'elles craignent d'innover. Parce qu'elles n'avaient pas un système bancaire qui prenne des risques avec elles. Aujourd'hui, il y a la Banque publique qui doit accompagner la prise de risques des entreprises qui veulent innover et préparer le futur en créant des emplois.


 

BFMTV: SI JE VOUS POSE CETTE QUESTION C'EST QUE J'AI UNE PETITE IDEE DERRIERE LA TETE. TOUT LE MONDE ATTEND VOTRE RETOUR EN POLITIQUE. PEU-T-ETRE AU GOUVERNEMENT. CA VEUT DIRE QU'ON VOUS VERRAIT PLUTOT DANS L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, PLUTOT DANS UNE SPHERE DE BERCY AUTOUR DES ENTREPRISES. C'EST LA OU VOUS VOUS VERRIEZ PLUTOT CONDUIRE UNE ACTION ?


 

SEGOLENE ROYAL:" Mais je conduis une action aujourd'hui. Je suis Vice Présidente de cette Banque Publique d'Investissement. C'est une responsabilité très importante. Et j'y siège en représentation, justement de l'ensemble des territoires et des régions, de l'Association des Régions de France et j'en ai la responsabilité en tant que Vice Présidente, c'est à dire de veiller à la réussite de cet outil dont j'ai eu l'idée dès 2008, c'est à dire au sépart de la crise financière.Et comme j'ai la responsabilité en outre d'être exemplaire, comme vous l'avez dit, demain je signe la première convention de partenariat entre la Banque et une Région, avec la mise en place des stratégies communes, des filières prioritaires et des outils: les outils c'est quoi, pour aider les PME? Ca va de l'amorflage, c'est à dire quand l'entreprise se crée, en passant par l'innovation, les besoins de trésorerie, le besoin d'investissement, la prise de participation au capital des entreprises, de façon minoritaire, bien évidemment et c'est une banque patiente, c'est à dire une banque qui peut rester au capital ....


 

BFMTV: C'EST CELA QUI VOUS INTERESSE AUJOURD'HUI, SEGOLENE ROYAL ?

 

SEGOLENE ROYAL: " Ca n'a jamais cessé de m'intéresser.Vous savez, quand on a la responsabilité d'un territoire comme une région on est  aux premières lignes du combat de la préocupation des habitants qui est d'abord l'emploi et le pouvoir d'achat. Donc on imagine, on crée, on avance. Je suis rentrée au capital de MIA ELECTRIC comme vous le savez. On crée la sécurisation des parcours professionnels, on identifie les métiers sous tension dans lesquels il y a des offres d'emplois...


 

BFMTV: EST CE QUE VOUS N'AIMERIEZ PAS CONDUIRE CE QUE VOUS FAITES EN POITOU CHARENTE AU NIVEAU NATIONAL

?

 

SEGOLENE ROYAL:" La question n'est pas là. Vous savez, moi je fais bien les choses au niveau où je suis. Parlons de l'intérêt des Français. Parlons d'économie. Parlons d'imagination. Moi, je suis convaincue qu'on a les capacités pour rebondir. Je le vois partout. Je vois les ingénieurs qui sortent des Grandes Ecoles qui sont extrêmement performants et( qui créent des entrreprises quand on leur donne les moyens de rester en France, de créer des activités et des emplois. Qu'on donne aux PME les moyens de se développer. Qu'on dise  que la France est un Pays où il fait bon d'entreprendre, où le geste d'entreprendre, c'est le geste le plus important pour l'avenir d'un pays.


 

BFMTV:A PROPOS DES DEBATS QUI SE SONT TENUS A AIX EN PROVENCE DANS LE CADRE DES RENCONTRES ECONOMIQUES, ON A SENTI UN PEU DE TENSION ENTRE LE REPRESENTANT LEGAL QUI ETAIT PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ET LES CHEFS D'ENTREPRISE QUI DISAIENT L'UN : LE PROBLEME DE LA FRANCE C'EST LE POIDS DE L' ETAT; L'AUTRE: ON A UNE POLITIQUE UN PETIT PEU TROP EN ZIG ZAG. LE MESSAGE QUE VOULAIENT FAIRE PASSER CES DIFFERENTS CHEFS D'ENTREPRISE C'EST DONNEZ NOUS UN CAP MAIS SURTOUT ARRETEZ D'EN CHANGER. ILS DENONCAIENT L'INSTABILLITE DE LA POLITIQUE QUE CONDUIT AUJOURD'HUI FRANCOIS HOLLANDE. QU'EST CE QUE VOUS EN PENSEZ?

 

SEGOLENE ROYAL:" Il y a deux choses. D'abord je trouve assez paradoxal de la part de certaines organisations patronales de se plaindre de l'ETAT, mais de se tourner systématiquement vers l'ETAT dès qu'il y a un problème. Alors qu'ils se prennent en responsabilité.Que le système financier fonctionne et soit au service du développement économique et pas au service de la spéculation.


Moi, je vois quantité de gens qui entreprennent et qui ne se retournent pas systématiquement vers l'ETAT ou systématiquement qui réclament des subventions. Il faut mieux d'ETAT. C'est à dire un ETAT STRATEGE, un ETAT qui fixe les grands objectifs mais qui permet aux forces vives et à chacun de se prendre en charge. L'ETAT n'est pas là pour prendre en charge tout le monde. Tout le monde n'a pas à attendre de l'ETAT monts et merveilles. L'ETAT fixe des règles et doit fixer des règles stables, là dessus je suis entièrement d'accord.


 

Toucher au statut des auto-entrepreneurs, ce n'est pas une bonne chose. En début de quinquennat, on doit fixer des règles et s'y tenir car l'instabillité juridique, c'est ce qu'il y a de pire.Pourquoi? Parce que ça empêche l'anticipation économique or c'est l'anticipation économique qui permet de sécuriser les règles sociales et les règles fiscales.


 

BFMTV: EN VOUS ECOUTANT ON NE VOUS ENTEND PAS ?


 

SEGOLENE ROYAL:"Si je pense qu'on m'entend aussi. C'est pour cela que je parle. Bien sûr. Si vous avez vu les chiffres de l'emploi à domicile; il y a un effondrement à cause de la fiscalité. Et là c'est vraiment très dommage parce que là il y avait un vrai gisement de l'emploi. Tous les sondages montrent que l'emploi c'est la première préoccupation des Français. Toutes les difficultés c'est de faire des économies et chaque fois qu'on fait des économies, forcément il y a de l'impact. Moi je n'étais pas favorables à ce qu'on touche les règles de l'emploi à domicile, parce que là parce que là il y a trop de règles qui ont été touchées: le plafond, les charges forfaitaires et donc du coup qu'est-ce qui se passe? On l'avait prévu. Il se passe un dérapage vers le travail au noir, non déclaré, ce qui n'est pas bien, c'est quand même une infraction, mais enfin il faut bien maintenir l'emploi. Ce n'est pas excusable, mais on savait que ça donnerait cela.Ou alors une baisse de l'emploi à domicile. Or l'emploi à domicile, notamment avec l'aide aux personnes âgées et les aides aux enfants c'est de l'emploi qui peut devenir de l'emploi qualifié, c'est de l'emploi qui donne du bien être dans la société. Donc voyez, cela c'est vraiment un exemple de charges sociales, de dispositif fiscal social auxquels il ne fallait pas toucher.


 

En même temps je sais bien qu'il faut toucher quelque part puisque  c'est une fameuse niche fiscale. Donc on ne peut pas dire d'un côté il faut toucher aux niches fiscales et dès qu'on y touche effectivement on en voit les effets pervers.


BFMTV: EST CE QUE LA BANQUE PUBLIQUE D'INVESTISSEMENT DOIT ETRE UNE BANQUE INDEPENDANTE DE SES DEUX AUTORITES DE CONTROLE ENTRE GUILLEMETS,  LA CAISSE DES DEPOTS ET BERCY DONC QUI DOIT  QUI DOIT FONCTIONNER D'UNE MANIERE  UN PEU AUTONOME ?


 

SEGOLENE ROYAL:" Sûrement pas, sûrement pas.BERCY: L' ETAT est actionnaire. Au contraire, il faut surveiller la prise en compte de l'intérêt général et l'application de la loi. C'est à dire que les objectifs de la Banque Publique soient bin atteints. Maintenant il y a un pouvoir exécutif dans cette banque qui bénéficie d' autonomie par rapport aux décisions qui sont prises, notamment pour être présente sur les marchés, prise au sérieux, sécuriser les marchés. Mais ce qui fait cette force de la Banque Publique, c'est précisément parce que l'on sait qu'il y a là l'ETAT, la Caisse des Dépôts et donc que c'est un rassemblement de forces, d'une force de frappe qui est sur les marchés et qui n'est pas là pour spéculer, qui est là pour créer des emplois avec un taux de retour sur investissements très raisonnable et donc les entreprises vont avoir confiance en cette banque et savoir qu'aujourd'hui, quand elles veulent entreprendre, innover, se développer, cette banque est à leur disposition. Elle se développe actuellement sur tout le territoire.PME ,ETI, aménagement du territoire dans le sens entreprenariat expert.



BFMTV: EST CE QUE VOUS PENSEZ, SEGOLENE ROYAL QUE  PUISQUE LA QUESTION SE POSERAIT DIT ON, C'EST QUE LA FAMILLE PEUGEOT SE RETIRERAIT OU POURRAIT PERDRE LE CONTROLE DE PSA; EST-CE QUE VOUS SERIEZ FAVORABLE A CE QUE BPI FRANCE PRENNE UNE PARTICIPATION DANS PSA POUR EVITER PEU-T-ETRE QUE CE SOIT UN CHINOIS QUI EN PRENNE UNE PARTICIPATION TROP IMPORTANTE ?

 

SEGOLENE ROYAL:" D'abord c'est difficile d'évoquer sur un plateau de télévision le cas particulier de telle ou telle entreprise. Ca c'est une règle de conduite qui est très importante parce que on ne peut pas destabiliser par des annonces pas forcément opérationnelles tout de suite un certain nombre d'intentions. Moi je vais bien me garder de dire mon avis sur un cas. La banque BPI FRANCE est là pour préparer les emplois d'aujourd'hui et du futur. Pas pour venir à la rescousse d'entreprises qui soit sont mal gérées...soit parce qu'elles sont sur des créneaux en perte de vitesse.

 

 

A ce moment là elles peuvent très bien rebondir vers de nouveaux créneaux avec de nouveaux projets, de nouveaux matériaux, de nouveaux enjeux car BPI FRANCE s'occupe aussi de rassembler les moyens d'aide à l'exportation, donc c'est très important, intervient grâce aux fonds d'investissement sur le retournement des entreprises, quand c'est possible. Et donc tout peut être regardé.


De même pour répondre à votre question le cas des opérateurs  extérieurs et prédateurs sur les entreprises françaises, mais pas à n'importe quel prix. Il n'y a pas un puits sans fond à BPI FRANCE. Même si les enjeux sont tout de même très importants sur le plan financier.


 

En même temps lorsque vous prenez des participations dans de très grandes entreprises, ça coûte cher et les statuts de BPI FRANCE précisent que ça ne peut être qu'à titre exceptionnel. Et débattu en Conseil d'Administration.

 

Donc il faut faire vraiment très attention aux décisions qui sont prises et ne pas subir non plus un chantage de la part de certains grands groupes qui disent c'est ça ou on met la clé sous la porte. Non, on va regarder aussi ce qu'ils ont comme capital, ce qu'ilsont en réserve, comment ils ont géré leur entreprise et s'il y a une possibilité, même provisoire.


 

Si c'est nécessaire d'aider provisoirement une entreprise pour lui permettre de rebondir et de redevenir compétitive, oui. Si c'est simplement parce que c'est une entreprise qui a été mal gérée, où les biens ont été dilapidés et où les investissements ont été n'importe quoi, ça ce n'est pas la BPI FRANCE qui va venir à la rescousse de mauvais patrons.



BFMTV: EST CE QUE , SEGOLENE ROYAL, VOUS PENSEZ QU'IL FAUT TRANSFORMER UN PEU LA FRANCE, LA METTRE A L'HEURE DE LA MONDIALISATION?EST CE QUE VOUS DITES NON SURTOUT PAS. VOUS RESTEZ SOCIALISTE OU EST CE QUE VOUS DITES IL FAUT CONDUIRE CES REFORMES EN ESSAYANT D' EN LIMITER LES DEGATS POUR LA SOCIETE FRANCAISE ?

 

SEGOLENE ROYAL:" Il faut toujours limiter les dégâts. Vous savez pourquoi? C'est un élément de sécurité pour les entreprises. Le fait de s'engager dans la réforme des retraites, par exemple, c'est à la fois un élément de maintien de protection sociale majeur et donc l'attention qui est portée sur la façon dont cette réforme est faite doit être un élément de sécurisation par rapport à l'avenir des citoyens.

 

 

Après, il faut se saisir des nouvelles opportunités qu'offre un pays. Vous savez, il y a un potentiel considérable sur nos territoires. On le voit. On a les meilleurs ingénieurs du monde. On a des entreprises, des PME extrêmement performantes qui ont besoin aussi de sécurité pour avancer et aussi pour innover. Et enfin, vous parlez de Sociale Démocratie. Moi je préfère la Sociale Ecologie.Car il y a dans cette filière de développement économique le ressort de sortie de crise.


 

Vous savez ce qui pèse sur la balance commerciale française c'est l'importation du pétrole. Donc si on arrive à lancer des chantiers très importants sur les économies d'énergie et sur d'autres types d'énergies- en plus la France a toutes les énergies:on a le solaire, on a les frontières maritimes avec  l'énergie marine on a les éoliennes. Et c'est cela qu'il faut accélérer. C'est cette mutation là, tout en conservant ce qui sécurise. Ca ne sert à rien de tout casser. Il faut sécuriser ce que l'on doit sécuriser, notamment la justice sociale, la protection sociale, les acquis sociaux et accélérer la mutation des comportements et des modes de consommation."


 

Dans cette interview, Ségolène Royal donne une extraordinaire leçon d'économie. Elle nous livre le modèle de société susceptible de nous permettre de sortir de la crise, de développement de la France pour l'avenir en mettant en avant le bien être des Français. Elle nous délivre un message d'espoir. MERCI SEGOLENE.

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise BAUMAL - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires