Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 12:45
"SORTIR DU TOUT NUCLEAIRE ET NON DU NUCLEAIRE" DUFLOT SORT DE SES GONDS

 

" JE DIS CE QUE JE FAIS ET JE FAIS CE QUE JE DIS" Ségolène Royal.

 

Combien de fois Ségolène Royal n'aura pas répété cette phrase qui traduit sa pensée profonde. Ministre, elle la met en application jour après jour...malgré les oppositions, le pièges, les résistances...

 

C'est pourquoi je suis très surprise de voir s'enfler une polémique sur ses derniers propos concernant le nucléaire, correspondant exactement à ce qu'elle avait annoncé. Polémique inutile et marquée par une certains dose d'hypocrisie.

De quoi s'agit il?

 

Ségolène Royal a accorune interview à " USINE NOUVELLE ". Avec une grande franchise elle y a explicité les grandes orientations  de la transition énergétique de la France, en particulier sur le nucléaire.

 

Ségolène Royal - Si j’ai réussi à faire voter à l’Assemblée la loi de transition énergétique, c’est parce que j’ai choisi trois options. La première a été de ne pas opposer les énergies les unes aux autres et d’affirmer dès le départ, malgré les réticences de certains, que l’histoire et le savoir-faire français dans le nucléaire font partie de nos atouts… Deuxièmement, sans opposer les énergies, il faut malgré tout sortir du "tout nucléaire", car c’est notre intérêt national. La montée en puissace des énergies renouvelables doit s’accélérer et c’est une des missions d’EDF et des grands énergéticiens français. Troisième point, la loi plafonne la puissance nucléaire à 63,2 gigawatts…

Des centrales vont tout de même fermer…

Oui mais on ne ferme pas pour fermer, ce n’est pas par idéologie. On agit sur une base législative solide. C’est d’ailleurs la première fois que le Parlement a débattu du nucléaire. Avant, les décisions étaient prises dans le secret. Or, c’est un débat démocratique majeur. Le plafonnement de la puissance nucléaire signifie que, lorsque le réacteur EPR de Flamanville dans la Manche va ouvrir, deux autres devront fermer. À ce stade, c’est Fessenheim puisqu’il n’y a pas d’autres propositions sur la table.

Mais fermera-t-elle fin 2016, comme prévu ?

On fermera les réacteurs dès que l’EPR de Flamanville ouvrira [pas avant 2017 selon le dernier calendrier d’EDF, ndlr]. C’est une opération qu’il faut bien prévoir et organiser car cela ne se fait pas du jour au lendemain. Mon projet de loi définit précisément les étapes : dix-huit mois avant la mise en service de la nouvelle centrale, EDF devra s’engager à en fermer une autre pour respecter le plafonnement, puis cela sera acté par décret.

EDF prévoit un grand carénage pour prolonger la durée de vie des réacteurs du parc nucléaire français. Êtes-vous favorable à ces investissements ?

Lorsque l’on fait des investissements de cette dimension [55 milliards d’euros selon EDF, ndlr] sur le parc électronucléaire, il faut penser la totalité du modèle énergétique. Il y a la question des centrales en fin de vie. Mais il y a aussi celle de leur durée de vie. Je n’ai pas mis dans la loi sur la transition énergétique une limitation à quarante ans comme le voulaient les écologistes. Ce n’est pas une bonne façon de procéder vis-à-vis de notre industrie. À l’international, ce serait un couperet trop idéologique. Certaines centrales peuvent vivre plus longtemps. Une partie du grand carénage a été adoptée par le conseil d’administration d’EDF avec mon accord. Il faut maintenant programmer les investissements de sécurité des réacteurs existants. Mais il faut aussi programmer la construction d’une nouvelle génération de réacteurs, qui prendront la place des anciennes centrales lorsque celles-ci ne pourront plus être rénovées.

Usine Nouvelle

Ségolène Royal ne faisait qu'expliciter la Loi qu'elle a fait voter pour préparer l'avenir énergétique de la France et préparer la Conférence internationale Climat. Les Ecologistes étaient donc parfaitement au courant des projets de la Ministre qui étaient aussi ceux de l'Assemblée Nationale qui les avait  votés .

 

La réaction de Cécile Duflot, non dénuée d'une certaine dose d'hypocrisie, a été immédiate.

 

"Après le vote de la loi sur la transition énergétique, je regrette infiniment les propos de Ségolène Royal. (...) Comme elle nous avait donné l'habitude d'être moderne sur ces sujets, je trouve cela dommage, très dommage", a déclaré la députée de Paris, qui a évoqué une "cécité française" sur le nucléaire.

 

"Quand on est ministre de l'Environnement, la priorité est de développer des énergies renouvelables"
 

Evidemment cette polémique n'est pas sans arrière pensée et a une odeur de manoeuvre électorale à quelques mois des élections cantonales.

 

Pourtant les éxplications données par Ségolène Royal ne manquent pas d'intérêt. Sur France Inter la Ministre a précisé que certaines de nos centrales nucléaires étaient très agées et que pour les maintenir il faudrait engager des frais importants si l'on veut assurer la sécurité des Français. Il paraît donc plus judicieux d'en fermer certaines et de construire de nouvelles centrales nucléaires de quatrième génération, plus petites, selon les besoins, dans les lieux où elles sont utiles, centrales capables de détruire les déchets.

 

Et c'est aussi là que le bât blesse...Les écologistes s'imaginaient probablement que la fermeture d'une centrale  était le premier pas vers l'abandon du nucléaire.

 

Douce illusion que n'a en tout cas jamais nourrie le Président de la République...En avons nous d'ailleurs les moyens? Madame Merkel qui s'est engagée vers les énergies renouvelables et l'abandon du pétrole a décidé son remplacement par le charbon au moins aussi polluant. Le gaz de schiste est riche en CO2 et dévastateur pour la planète....Et il faudra des décennies pour que l'énergie renouvelable soit suffisamment performante pour qu'on puisse envisager l'abandon du nucléaire.

La transition énergétique demande du temps...beaucoup de tempss  compte tenu de notre retard en la matière et exige des progrès techniques.

 

En outre la fermeture des centrales nucléaires serait dévastatrice au niveau du chômage.

 

La position de Ségolène Royal est donc frappée au coin du bon sens et ne comporte aucun reniement. Car elle est sociale écologiste mais pragmatiques et tient toujours compte des réalités.Sans doute met elle les Verts mal à l'aise...Mais ils ne sont pas au gouvernement et n'ont pas la responsabilité de prendre des décisions parfois difficiles et douloureuses ce qui explique qu'ils versent dans la  démagogie.

 

Saluons donc le courage de Ségolène Royal qui, en toutes circonstances suit son chemin semé d'embûches et informe les Français  de ce qu'elle fait dans l'intérêt général. Dans la période que nous vivons il est important de ne pas faire de politique politicienne et de n'écoûter que l'intérêt général.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avenir56
commenter cet article

commentaires

réparation téléphone lorient 05/03/2015 01:10

Merci.