Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 00:00

 

segolene royal 1

 

Actuellement les impôts sont la bête noire des Français. La crise aidant, l'appauvrissement se généralisant ils se révoltent contre les prélèvelements obligatoires, trop lourds et surtout incohérents et illisibles au point qu'ils ne comprennent pas pourquoi ils paient, à quoi servent leurs impôts...Devant cette opacité, des mouvements de révolte se créent, mélangeant patrons, salariés, travailleurs indépendants dont pourtant les intérêts divergent...Ce qui ne laisse pas d'être inquiétant.

 

Le gouvernement n'est pas insensible à cette fronde et Jean Marc Ayrault, le Premier Ministre, captant au passage le message lancé par Ségolène Royal qui a toujours une longueur d'avance, une grande proximité avec le peuple qu'elle écoute et comprend et une grande intuition et a demandé de tout remettre à plat, a selon la rumeur répandue par les media,forcé la main de François Hollande et annoncé la grande réforme fiscale promise pendant la campagne présidentielle...qui sera étalée sur la durée du quinquennat...à prélèvements constants, bien sûr.

 

Espérons que cette réforme sera à la hauteur des espérances...Tout le monde ne sera de toute façon pas satisfait...Il y aura des gagnants et des  perdants....

 

LES CONSEILS DE SEGOLENE ROYAL

 

Sur I TELE,  Ségolène Royal s'est longuement exprimée sur ce sujet, avec son sens de la pédagogie habituel, mais aussi avec le pragmatisme et le bon sens qui la caractérisent et qui lui ont permis de faire du Poitou Charente une région de l'excellence dans laquelle les impôts régionaux n'ont pas augmenté depuis dix ans. Une expérience à méditer...Pour la Dame du Poitou, il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions.....

 

LE JOURNALISTE: L'ACTUALITE C'EST LA REMISE A PLAT DE LA FISCALITE PAR LE GOUVERNEMENT. EST CE QUE C''ETAIT VRAIMENT LE BON MOMENT ALORS QUE LES FRANCAIS VONT DANS LE SENS DU RAS-LE-BOL FISCAL?

 

SEGOLENE ROYAL: Oui c'était  le bon moment. ..Maintenant il faut définir un objectif. L'objectif doit répondre aux deux questions qui interrogent la fiscalité: Qu'est ce que c'est la fiscalité? CE N' EST QU' UN OUTIL: CE N'EST PAS UN OBJECTIF.

 

Donc la vraie question qui se pose c'est : Comment est-ce que les Français peuvent consentir à l'effort fiscal qui leur est demandé si on ne donne pas leur objectif. Donc l'enjeu des débats aujourd'hui avec les partenaires sociaux et j'espère plus largement avec les Français est de comprendre le sens de l'impôt.

 

L'impôt, je le rappelle c'est un outil, pour faire de la justice, mais surtout pour faire des dépenses qui vont dans le sens de l'intérêt général et aujourd'hui, les Français se demandent quel est le sens de ces dépenses. Ils veulent à la fois des économies et ils veulent comprendre comment leurs impôts servent à la fois à améliorer leur cadre de vie,leur niveau de vie, leurs conditions  de vie.

 

LE JOURNALISTE: FAIRE DE LA JUSTICE SOCIALE AVEC LES IMPOTS CELA VEUT DIRE PRENDRE PLUS AUX RICHES POUR REDISTRIBUER AUX PLUS PAUVRES?

 

SEGOLENE ROYAL: Evidemment. C'est le sens de l'impôt. Vous ne voudriez pas prendre aux pauvres pour donner aux riches. Les riches n'ont jamais été aussi riches. Vous avez vu que les 5% des populations les plus riches depuis la crise financière de 2008 n'ont cessé de s'enrichir. Que les catégories moyennes déclinent. Et que les pauvres sont plus pauvres encore. Donc c'est le système qui ne va pas.

 

Il faut d'abord consolider les classes moyennes et qu'elles n'aient pas le sentiment, qui est la réalité d'ailleurs, de payer l'essentiel de l'impôt  et d'autre part il faut lutter contre la fraude fiscale des plus riches puisque vous savez que le manque à gagner en terme de rentrée d'impôts dù à la fraude fiscale des plus riches et des grandes fortunes est de c'est 17 milliards d'euros. Si on en recupère ne serait-ce que 10, il n'y a plus besoin d'augmenter l'impôt sur les catégories moyennes et populaires.

 

LE JOURNALISTE: FAUT IL FUSIONNER LA CSG ET L'IMPOT SUR LE REVENU DANS CET OBJECTIF DE JUSTICE?

 

SEGOLENE ROYAL:  C'est un objectif à atteindre. L'engagement avait été pris et la plupart des grands pays industrialisés et européens l'ont fait. Pourquoi on doit le faire: Parce que les gens veulent savoir quel est leur revenu net. Combien ils gagnent. Donc s'il y a le prélèvement à la source, les choses seront beaucoup plus claires et beaucoup plus simples. L'argent que les Français toucheront par leur travail ou leur retraite sera un revenu net.

 

CA VEUT DIRE AUSSI QUE LES ENTREPRISES CONNAITRONS SUR  LES FEUILLES DE PAYE LA SITUATION DES SALARIES.

 

SEGOLENE ROYAL:Parce que vous croyez que ça ne se sait pas aujourd'hui? Evidemment. Cela dit, les entreprises sont tenues par le secret de la vie privée. Dans les autres pays où le prélèvement à la source s'est fait le problème a été résolu par le secret qui s'impose aux entreprises.

 

LE JOURNALISTE: LA GAUCHE DE LA GAUCHE RECLAME UN IMPOT PLUS PROGRESSIF. C' EST AUSSI VOTRE LIGNE?

 

SEGOLENE ROYAL: Il faut que la progressivité de l'impôt ne soit pas non plus confiscatoire. Vous voyez, par exemple, la taxe à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d'euros touche les Chefs d'Entreprise. Ceux qui ne gagnent pas énormément d'argent. Ils sont à la tâche. Ils gagnent parfois autant que les salariés les mieux payés de leur entreprise. J'en vois tous les jours en Poitou-Charente.

 

Psycologiquement, je crois qu'elle a été négative, parce que les Français, même ceux qui ne sont pas très riches se disent: si un jour je réussis, par mon travail, par mon talent, par mon engagement, on va me prendre 75% de ce que je gagne. C'est 75% au dessus d'un million d'euros. N'empêche que  que la force de ce chiffre, 75% est apparue comme confiscatoire et a sans doute a provoqué un rejet des investissements étrangers.

 

 

LE JOURNALISTE: EN TERME DE METHODE DE GOUVERNEMENT EST-CE-QUE JEAN MARC AYRAULT A EU RAISON DE PASSER PAR DESSUS BERCY ET D'ANNONCER CES DISPOSITIONS SANS PREVENIR PIERRE MOSCOVICI ET BERNARD CAZENEUVE?

 

SEGOLENE ROYAL: Il les a prévenus avant de faire l'annonce. Il les a prévenus. Il est le Chef du Gouvernement et à ce titre, c'est sa responsabilité de prendre des initiatives.


LE JOURNALISTE: L'ENTREPRISE MAURY DUCROS  RISQUE  LE REDRESSEMENT JUDICIAIRE AVEC 7000 EMPLOIS MENACES DIRECTS ET INDIRECTS. EST-CE QU'ON PEUT VRAIMENT DIRE QUE LA REPRISE EST LA? EST-CE QU'ON EST EN TRAIN DE S'ENFONCER DANS LA CRISE COMME LES PLANS SOCIAUX LE MONTRENT?

 

SEGOLENE ROYAL: C'est en effet une très grande inquiétude puisqu'on voit ce plan social énorme mais qui va aussi être symboliquement très lourd et socialement très dur pour les salariés, pour toute une région.

 

Donc la désinstruialisation continue. Il faut mettre un coup d'arrêt à cette désindustrialisation.

 

Il faut que les entreprises évoluent c'est à dire prennent le tournant de l'évolution du système dans lequel nous sommes. Nous sommes en train de changer d'époque. Est-ce que l'on sent que ce changement d'époque est pris en considération et est-ce  que les chefs d'entreprise sont conscients  dans certaines entreprises de cette mutation considérable;

 

Alors de deux choses l'une:

 

Soit la France s'enfonce petit à petit dans le déclin, et moi, je considère que ce n'est pas une fatalité, que nous avons tous les atouts pour réussir et pour rebondir.

 

Soit nous réussissons à accélérer cette mutation, à accélérer cette crise pour en maîtriser le contenu, les valeurs, les nouvelles données, la nouvelle donne. Et c'est cela qu'il faut faire aujourd'hui.

 

C'est a dire que chaque entreprise aujourd'hui doit s'interroger sur qu'est-ce qui va décliner comme production que je produis aujourd'hui, et quels sont les crénaux porteurs sur lesquels je dois m'engager. Donc il faut aussi un effort considérable sur l'innovation, sur la créativité, sur la formation professionnelle parce que le combat de la matière grise est un combat crucial aujourd'hui en France et en Europe et moi je suis convaincue que si la confiance revient et que si les perspectives sont tracées par un gouvernement sur l'horizon que nous devons atteindre, à ce moment là les idées d'énergie positive doivent pouvoir se remettre en mouvement.

 

LE JOURNALISTE: EST CE QU'IL MANQUE AUJOURD'HUI CET HORIZON POUR LE GOUVERNEMENT? COMBIEN DE TEMPS?

 

SEGOLENE ROYAL:

 

Dans cinq ans. On nous avait parlé du rêve français. Et bien quel est le rêve français dans cinq ans? C'est cela qu'il faut préciser.

 

Il ne faut pas que le débat soit exclusivement  un débat technique. Je le répète. L'impôt c'est un outil pour faire en sorte que la société soit meilleure et que les Français n'aient pas le sentiment que le seul progrès social c'est l'impôt.

 

Non.c'est un outil. Les Français veulent savoir ce que l'on dépense avec leurs impôts. Il faut de l'investissement. Il faut de l'éducation. Il faut de la formation.

 

Il faut de l'investissement et la réforme bancaire n'est pas allée jusqu'au bout de la logique. On est resté au milieu du gué. On avait dit que la finance est notre adversaire. Aujourd'hui on voit que depuis la crise de 2008, il n'y a pas eu vraiment jusqu'au bout du processus, la réforme du système financier pour la mettre au service de l'économie réelle.

 

Ségolène Royal donne une belle leçon d'économie au gouvernement, relevant au passage que les réformes n'ont pas été menées à leur terme. Il est certain qu'il faudrait un peu d'audace, beaucoup de créativité et d'innovation et une grande énergie dont on doùte que le gouvernement actuel soit doté...Alors changer de gouvernement? Pas facile. Dans la situation actuelle, les candidats ne se  pressent pas au portillon...Martine Aubry a dit non...Laurent Fabius a dit non...Ségolène Royal a recemment déclaré: Je ne suis candidate à rien...Alors, pour l'instant, faute de grives on conserve les merles.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by F.BAUMAL - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires