Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 11:28

 

 

Il y a quelques années Johnny Hallyday s'est réfugié en Suisse pour na pas payer d'impôts. Un scandale si l'on sait que la plupart de son activité se situe en France et qu'il doit sa fortune au bon vouloir des Français.

 

Allergique à la gauche, ami de Sarkozy, il continue à payer ses impôts en Suisse.

 

Aujourd'hui c'est le tour de Bernard Arnault, allergique à la gauche et cherchant à fuir la fiscalité imposée par François Hollande en demandant la nationalité belge, pour dit il y étendre ses activités. Selon France Inter, il est possible qu'il cherche ainsi un tremplin pour devenir citoyen monégasque, ce qui est interdit aux Français.

 

Cette attitude n'est pas une première pour cet homme fortuné qui, sous l'ère Mitterrand était déjà parti à l'étranger pendant trois ans.

 

Au moment ou des chefs d'entreprise demandent à participer à l'effort national de redressement, la tranche à 75% effraie cet homme qui gagne un SMIC par minute.

 

Un comble. Mais le pire c'est qu'il a organisé méticuleusement par média interposés un scénario basé sur des rumeurs non fondées pour faire croire que le Président de la République reculait sur ce projet phare de la campagne présidentielle qui selon lui serait édulcoré et a été relayé par tous les media, en ligne, heure par heure.

 

Pression exercée sur l'exécutif par cet homme puissant dont l'activité est un atout considérable pour le commerce extérieur de la France.

 

Fausse rumeur démentie par Pierre Moscovici, par François Hollande lui-même qui a réaffirmé que ses promesses seraient tenues et devrait s'en expliquer ce soir sur TFI, interviewé à 20 heures, par Claire Chazal.

 

Un antipatriotisme avéré et scandaleux dont seb musset retrace toutes les étapes.

"La France est un des pays les plus agréables à vivre, c'est d'ailleurs bien pour cela que l'on accepte d'y rester en payant bien plus d’impôts qu'ailleurs" Bernard Arnault in "L'enfance est un destin" sur France5, 02/2012
Previously on Hollande Bashing:

Mercredi. Bernard Arnault (1ere fortune française, 4e mondiale, 10.7 millions de salaire fixe par an + variable incalculable) est reçu à Matignon. Au terme d'un été de lobbying, le chef de bande des "pleureuses" (comprendre les plus grandes fortunes de France) met en garde le gouvernement Ayrault sur les "effets néfastes" du projet de taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d'euros.
Jeudi. Les Echos (propriété de Bernard Arnault) puis Le Figaro (appartenant à un autre milliardaire, Serge Dassault) répandent une rumeur: François Hollande reviendrait en arrière sur cette mesure phare de sa campagne. 
Durant 24 heures, dans la continuité d'une semaine de couvertures en mode Hollande-Bashing, la  "nouvelle" non-sourcée est rabâchée et débattue (toujours dans le même sens). 
Vendredi 13h, Pierre Moscovici dément la rumeur. Mais, cela ne change rien au business-plan de nos éditocrates tout-support qui, des matinales radio à C dans l'air en passant par les JT, continuent à gloser sur le "renoncement". Si vous trouvez que les journalistes français sont de gauche, rassurez-vous: leurs patrons sont de droite (voir vidéo)Les chaines d'info continue diffusent d'ailleurs en boucle le même sujet du matin dans toutes leurs éditions de la journée. Étonnant recours au différé pour ces aficionados de la "priorité au direct".
B-A BA de la manipulation: un mensonge, pourvu qu'il soit répété et répété même s'il est démenti, garde une part de vérité. 

Samedi matin. Nous apprenons que Bernard Arnault, proprio du journal duquel est partie la rumeur sur laquelle tout le monde a embrayé pour taper un pouvoir "déconnecté", a demandé la nationalité belge
Loin d'être terminée, l'affaire est déjà bien jouée. La déstabilisation a bien eu lieu et le débat est lancé "Bernard Arnault lâche une bombe dans le débat fiscal en demandant la nationalité belge" titre Samedi midi l'AFP. La bataille de l'opinion par média interposé est lancée, il s'agit de rallier les exploités à la cause des riches. Là où la presse reproche régulièrement aux Français de ne pas être assez patriotes, trop coûteux et trop assistés, un multimillardaire, qui doit sa fortune en grande partie aux largesses de l'Etat et qui prépare son exil fiscal (la nationalité belge n'étant que la première étape pour devenir monégasque et totalement échapper à l’impôt), a opéré une belle opération de victimisation dans la foulée d'une séquence de communication sur l'horrible persécution dont sont (euh pardon, seraient) victimes les riches. 
Cette intox au bulldozer va-t-elle fonctionner dans un pays où le revenu de vie médian est annoncé en baisse de -0.5% par l'INSEE (avec 8.6 Millions de pauvres) ? Ce pays où la seule catégorie épargnée par cette chute est précisément celle des 5% les plus favorisés (dont Arnault est le chef de bande) qui, à l'inverse, a vu son niveau de vie augmenter de 1.7% sur la même période.
Suggestion pour le prochain épisode: "Comment François Hollande va kick-boxer Arnault et les autres "victimes" à un SMIC la minute".  Allez François, 99% des revenus sont (théoriquement) avec toi !"

OPERATION DE DESTABILISATION GENERALISEE.
                                            
                                       3614622
Depuis l'élection de François Hollande à la Présidence de la République une vaste opération de déstabilisation se poursuit jour après jour avec une virulence sans précédent menée par les Copé, Filion, Pécresse, Kosciusko Morizot et autres aidés par Parizot et tous les lobbies industriels et financiers.
Aucune décision ne trouve leur approbation. Toutes taxées de stupidité, d'irréalisme, d'infondées et surtout le Président de la République et son premier ministre sont accusés de ne pas avoir de ligne politique claire, de ne rien faire....Critiques qui ont fini par imprégner l'opinion, à l'inquiéter...le but étant de démontrer que Sarkozy était un vrai et un excellent Président contrairement à Hollande.
On peut penser que l'action de Bernard Arnaud s'inscrit dans cette stratégie.
Et pourtant! On peut estimer  que François Hollande n'est pas un homme de gauche, qu'il se situe dans une idéologie sociale libérale et n'a pas grand chose à voir avec le socialisme, ce que conforte son appartenance au siècle.
Mais il a défini clairement sa ligne politique pendant les primaires socialistes et sa campagne présidentielle et s'y tient. Peut être en édulcorant certaines de ses propositions. Mais, il a toujours dit que son programme ne serait pas appliqué  en cent jours, mais en cinq ans.
On peut lui reprocher de vouloir faire ratifier le traité européen austéritaire à vie, et traduisant incontestablement une perte de souveraineté pour notre pays. Mais il ne l'a pas caché et a obtenu l'introduction et le déblocage d'un volet croissance, comme il s'y était engagé. Trop faible, certes, mais il a fait bouger la chancelière de son dogme grâce à son rapprochement avec l'Europe du Sud.
En outre, cela fait deux jours consécutifs que sur France Inter est répété que le commerce extérieur de la France et la situation de sa dette s'améliorent légèrement.
Et, cerise sur le gâteau: Arnaud Montebourg qui s'attaque au chômage vient d'annoncer qu'il a traité 97 dossiers et sauvé 11500 emplois sur un total de 14500, ce qui n'est pas si mal. Sarko n'en a jamais fait autant.
Que l'on approuve où non la politique sociale libérale du Président de la République, on ne peut que s'en  féliciter.
On ne peut que constater que le gouvernement mène une politique de relance avec la légère augmentation du SMIC, l'augmentation significative de la prime de rentrée scolaire, les mesures prises sur le prix de l'essence et le blocage des loyers. Faible, mais qui a le mérite d'exister malgré la situation catastrophique de la France que nous a léguée la précédente majorité de droite.
Donc pas de panique!
On aurait pu préférer que Ségolène Royal dont on connaît l'énergie, la force de résistance à tout les lobbys, dont on sait qu'elle n'appartient à aucun groupe de pression, dont on connaît les réalisations dans sa région soit élue.. Mais les Français ont voté. Ils ont choisi Hollande et Hollande est le Président de la République, un Président de la République qui veut obtenir autant que faire se peut le consensus des Français sur les décisions prises, qui recherche un équilibre entre sa volonté de rétablir la justice, ce que Ségolène Royal appelle l'ordre juste, sa volonté de lutter contre le chômage, de relancer l'activité par la réindustrialisation de notre pays et la nécessité de rétablir l'équilibre financier de la France.
C'est ce que ne veut pas la droite qui fera tout pour que ce quinquennat se traduise par un échec afin de reprendre le pouvoir et de recommencer à appauvrir les pauvres pour distribuer aux riches.

Quelles que soient les réserves que l'on peut apporter à la politique menée, il faut savoir raison garder.

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise BAUMAL - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires